Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

roman

Ghost in love, Marc Levy

10 Juin 2019 , Rédigé par Annie Publié dans #Roman

        Roman fluide et attachant.

     L'idée du fantôme d'un père m'a beaucoup plus et celle de réunir deux amoureux dans l'éternité  aussi. 

   Roman qu'on prend et qu'on ne lâche pas. 

   On voyage également.

   Un bon cru 2019 !

Retrouvez aussi sur le blog un second roman de Marc Levy  publié dernièrement Vous Revoir 

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/04/vous-revoir-marc-levy.html

Lire la suite

Conversation à la Cathédrale, Mario Vargas Llosa

6 Juin 2019 , Rédigé par Cécile Publié dans #Roman

   Voici un grand roman, un roman fleuve, le chef d'oeuvre de Vargas Llosa, dont il dit : si je devais n'en sauver qu'un, ce serait celui-la !! C'est un récit de nombreux personnages, dans la ville de Lima au Pérou, dans les années 50. A la fois description historique et politique, mais aussi un complet portrait de la société, depuis le noyau du pouvoir jusqu'aux bas-fonds des bidonvilles. Le narrateur est un jeune journaliste, il discute avec tout le monde. On pourrait dire "conversations" au pluriel plutôt, car c'est un écheveau de différentes discussions dans lesquelles le lecteur se trouve plongé. A travers une enquête policière, et pour son travail de rédaction,le gratte-papier rencontre des policiers et des collègues. Lui-même est d'une famille bourgeoise dont il va découvrir le passé. 

   Ce roman est un monument de la litterature ! une fresque sociale du Pérou tout à fait passionnante.

   Du même auteur, sur le blog, découvrez Le Paradis - un peu plus loin sur la vie de Gauguin. 

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2018/12/le-paradis-un-peu-plus-loin-mario-vargas-llosa.html

Lire la suite

L'amour est une île, Claudie Gallay

2 Juin 2019 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman

   Marie est une écorchée vive, au sens propre comme au sens figuré. Elle cherche à retrouver un peu de son frère disparu, à Avignon, au cours du festival que l'on situe en 2003 lors de la grande grève des intermittents du spectacle. 

   Après Seule Venise http://partageonsnoslectures.over-blog.com/search/seule%20venise/ et Les déferlantes  http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2018/01/les-deferlantes-claudie-gallay.html, L'amour est une île paru en 2010, est le troisième roman de Claudie Gallay que je savoure. J'aime son style percutant fait de phrases courtes, de poésie, d'ombre et de lumière.  

   Ici encore Claudie Gallay nous entraîne dans une ville que l'on a envie de visiter avec elle.

   Elle nous raconte l'histoire de personnages dont les destins poignants s'entremêlent, à Avignon, entre théâtre et photographie. 

"Son frère était un prince, il était capable de trouver des mots pour dire la beauté du monde. Il savait en voir les couleurs, les forces. Au temps qui passe, il voyait le temps qui reste."

"Il dit, Il y a des jours on est si heureux on devrait en faire des jours fériés."

"Elle s'assoit dans le fauteuil, les jambes remontées. Les pages du manuscrit ne sont pas numérotées. Elle commence à lire, elle ne tient pas compte des corrections, elle lit seulement ce qui est écrit en caractères d'imprimerie. Elle lit lentement. Elle a tout son temps. Parfois elle s'arrête, regarde le ciel. La lumière sur le fleuve. Elle imagine que c'est comme ça le Viêtnam, la baie d'Along, le Mékong, beaucoup de lumière, un trop-plein qui fait pleurer les yeux."

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2018/01/les-deferlantes-claudie-gallay.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2017/02/seule-venise-claudie-gallay.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2020/10/dans-l-or-du-temps-claudie-gallay.html

Lire la suite

La littérature contemporaine en Egypte

25 Mai 2019 , Rédigé par Cécile Publié dans #Auteur, #Roman

   Je voudrais vous présenter un petit récapitulatif des auteurs égyptiens d'aujourd'hui qui font partie de ce que l'on appelle le roman moderne égyptien.

   Il y a tout d'abord l'incontournable Prix Nobel de Littérature en 1988 : c'est Naguib Mahfouz, né en 1912 et mort au Caire également en 2006. Je vous conseillerais de commencer par un roman issu de la Trilogie du Caire (par exemple l'Impasse des 2 palais). C'est une saga familiale historique facile à lire. Chaque livre a pour titre le nom d'une ruelle du vieux Caire où l'écrivain a habité. En amoureux de sa ville, elle est le cadre de presque tous ses romans. Mahfouz est un écrivain très prolixe et son oeuvre est abondante, vous pouvez lire aussi Miramar qui raconte la vie d'une pension de famille à Alexandrie. Le Passage des miracles de 1947 nous parle de la population des vieux quartiers du Caire, comme Le Mendiant ou encore Le voleur et les chiens qui nous conte des destins de pauvres bougres avec philosophie.

   Mon auteur favori, s'il fallait choisir, c'est Albert Cossery, que je vous ai présenté dans un précédent article sur ce blog. C'est un égyptien élégant qui vivait à Paris mais écrivait exclusivement sur son pays. Ses écrits sont rares (8 romans) mais savoureux et très ironiques. Mendiants et orgueilleux reste son livre le plus connu, qui a aussi été porté à l'écran. C'est comme souvent chez Cossery, une apologie de la paresse et du détachement des biens matériels.
http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/04/albert-cossery-le-voltaire-du-caire.html http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/04/les-couleurs-de-l-infamie-albert-cossery.html

 

   Autre grand écrivain né au Caire en 1937, Sonallah Ibrahim s'est fait connaître par le roman Les années de Zeth, puis par un autre Charaf ou l'Honneur qui nous raconte la vie d'une prison du Caire. Militant communiste dès les années 50, l'auteur a été emprisonné 5 ans et il décrit par expérience ce monde sordide. Il écrit ensuite des satires féroces sur la vie politique sous l'Egypte de Moubarak. Il nous raconte avec beaucoup d'humour et de dérision le quotidien de cette mégapole qu'est le Caire.
   La dérision est un mot clé dans la littérature égyptienne : tous les Egyptiens sont les premiers à rire d'eux mêmes avec lucidité tout en gardant une très respectable fierté.

   Une femme enfin, née en Egypte dans une famille juive qui a été forcée de quitter le pays au milieu des années 50. Paula Jacques est alors partie en France. Elle nous parle de cette minorité juive et de leur vie en Egypte : c'est vivant, gai et fantasque. Mon roman préféré est L'héritage de tante Carlotta, mais j'aime aussi l'histoire de Deborah ou les anges dissipés pour lequel Paula Jacques a eu le Prix Femina en 1991. L'auteur est animatrice à France Inter depuis 1975, pour des émissions culturelles sur la littérature et le cinéma. Je crois que tous ses romans sont autobiographiques, en tout cas ils sont passionnants et faciles à lire.

   Pour finir, je dois vous parler d'un véritable phénomène de librairie : L'Immeuble Yacoubian, un livre paru en 2002 qui a eu un tel succès qu'il a immédiatement été traduit et imprimé dans le monde entier. Son auteur est un dentiste du Caire reconverti à l'écriture ! oui, vous avez bien lu, c'est Alaa El Aswany, 62 ans. Il se mêle de la vie politique égyptienne lors de la révolution de 2011, ce qui lui vaut actuellement des déboires avec la justice militaire locale. Son roman nous raconte la vie d'un immeuble des beaux quartiers du centre ville, c'est une fresque historique et un magnifique portrait de la société d'aujourd'hui au Caire. Le roman est drôle, tendre et très humain. Je vous le recommande très chaudement ! à lire... ou à voir au cinéma car il a déjà été adapté.

Lire la suite

Je vais mieux, David Foenkinos

16 Mai 2019 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman

   Un jour, sans cause particulière, votre dos vous fait mal, de plus en plus mal. C'est ce que vit le narrateur de Je vais mieux. Il se lance d'abord tout naturellement dans une quête effrénée des raisons médicales possibles, avant de passer de l'hôpital à la magnétiseuse, et même de se retrouver sur un site de rencontres un peu particulières, puisqu'enfin le mal de dos, ce mal du siècle, est si souvent psychosomatique...

   David Foenkinos entre vite en connivence avec le lecteur, grâce aux titres des chapitres qualifiant le niveau de douleur et l'état d'esprit du sujet au fur et à mesure de l'avancée de l'histoire, ainsi qu'aux notes de bas de pages parfois hilarantes. Le style est à la fois émouvant et drôle, sincère et vrai, réaliste et gai.

   Je vais mieux est le troisième roman que je découvre de David Foenkinos et c'est mon préféré ... pour l'instant. Ce n'est pas une lecture feel good et pourtant grâce à elle on va mieux !

   Retrouvez sur le blog d'autres articles sur les publications de David Foenkinos, Les souvenirs, Charlotte, La délicatesse, Le mystère Henry Pick.

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2018/05/les-souvenirs-david-foenkinos.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2016/10/charlotte-david-foenkinos.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/01/la-delicatesse-david-foenkinos.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2018/02/le-mystere-henri-pick-david-foenkinos.html

Lire la suite

Albert Cossery, le Voltaire du Caire

11 Mai 2019 , Rédigé par Cécile Publié dans #Auteur, #Roman

   

   L'écrivain égyptien Albert Cossery habitait depuis 1945 la même chambre d'un petit hotel parisien, mais il n'a jamais écrit que sur son pays, rendant hommage aux petites gens de son enfance.

   Qualifié par un critique de "Voltaire du Caire" à cause de son ironie envers les puissants, Cossery est auteur d'une oeuvre rare mais qui fait l'objet d'un véritable culte de la part de ses admirateurs. C'est un auteur secret, qui revendique sa paresse et qui est étranger à toute mode. Il n'a écrit que 8 romans, pas très épais. Les couleurs de l'infamie  http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/04/les-couleurs-de-l-infamie-albert-cossery.html est son dernier roman, paru en 1999. Citons quelques autres de ses oeuvres : Mendiants et orgueilleux publié en 1955, Un complot de saltimbanques, ou encore un très grand succès Les fainéants de la vallée fertile paru en 1948. C'est Henry Miller qui assure la publication aux USA de son premier roman Les hommes oubliés de Dieu en 1941.

   Cet ancien élève des Jésuites a débarqué en France après la guerre puis a vécu des années de bohême, fréquentant Albert Camus, Juliette Greco, Jean Genet et Mouloudji. Il vivait à l'hôtel La Louisiane, rue de Seine, dans le quartier de Saint Germain des Prés. Il déjeunait dans les restaurants , bars et brasseries du quartier où l'on pouvait le rencontrer. Il est mort là, sur son lit , un jour de juin 2008.

   Dans sa chambre, Cossery ne possédait que des vêtements car il était un homme élégant. "Pour attester de ma présence sur terre, je n'ai pas besoin d'une belle voiture. En restant à l'hôtel La Louisiane, je n'ai pas perdu une seule seconde de ma vie" disait-il en 1993.

   Primé par l'Académie Française, Cossery fait, dans ses livres, l'éloge du dénuement et d'un art de vivre bien éloigné de notre société marchande. La moitié de ses romans a été adaptée au cinéma.

Lire la suite

Vous revoir, Marc Levy

8 Mai 2019 , Rédigé par Justine Publié dans #Roman

 

   Le suspens de ce livre est prenant tout au long de sa lecture.

   N'étant pas une grande lectrice, je l'ai pourtant lu en un temps record.

   Les héroïnes sont des personnages attachants et les décors américains sont décrits de telle façon qu'on se plonge totalement dans leurs univers.

   J'ai vraiment adoré cette histoire et recommande ce roman à tout le monde, et plus particulièrement aux personnes qui lisent peu, car il donne vraiment envie de s'y plonger sans compter le temps.

Lire la suite

Vie de Herta Müller, de Roumanie

22 Avril 2019 , Rédigé par Cécile Publié dans #Auteur, #Roman

   A l'automne 2009 le prix Nobel de littérature est décerné à une femme presque inconnue en France : Herta Müller. Elle a alors 56 ans et vit à Berlin, mais elle est d'origine roumaine et a été tellement persécutée qu'elle a été obligée de quitter son pays.

   Herta a grandi dans la campagne, avec des personnes dures, rudes, puis elle est partie faire des études à Timisoara. Une fois diplômée, elle devient traductrice dans une entreprise locale, mais elle écrit, elle se rebelle et elle est harcelée par les sbires du régime Ceausescu. Elle vit de peur, d'angoisses, de filatures dans la nuit, de lettres ouvertes, de dénonciations, de menaces de tout, puis de menaces de mort. Un jour elle va recevoir un passeport, et on la pousse hors du pays en 1987 : cela l'a certainement sauvée. Certains de ses amis étudiants ont été suicidés. Elle se reconstruit en Allemagne, elle parle allemand et continue à écrire, puis elle est publiée.

   Je vous conseille de lire Animal du coeur, un roman qui raconte sa jeunesse. Puis d'autres titres comme L'homme est un grand faisan sur terre ou encore La convocation, ce sont des romans du quotidien dans la Roumanie des années 70 et 80. 

   L'académie de Suède l'a choisie pour le Nobel car elle a "avec la densité de la poésie et l'objectivité de la prose, dessiné les paysages de l'abandon."

   Ses romans décrivent souvent la vie sous le régime totalitaire, comme pour mieux oublier, pour surmonter et témoigner surtout.

   Un autre article de Cécile présente Animal du coeur http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/03/animal-du-coeur-herta-muller.html

Lire la suite

Il faut beaucoup aimer les hommes, Marie Darrieussecq

17 Avril 2019 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman

  Sur la quatrième de couverture on peut lire "Une femme rencontre un homme. Coup de foudre. L'homme est noir, la femme est blanche. Et alors?".

   Oui, et alors? Il faut beaucoup aimer les hommes, prix Médicis 2013, est-il un roman sur une couleur, la couleur de la peau douce d'un homme, ou un roman sur la passion, la passion d'une femme et son attente? 

   C'est l'histoire de deux seconds rôles à Hollywood proches de George Clooney, Solange Oïhoma XXX et Kouhouesso Nwokam, une histoire au son de J'ai deux amours d'Edith Piaf et de Pata Pata de Makeba, une histoire entre Hollywood, Paris et le Congo ou plutôt le Cameroun, entre les vagues du Pacifique et l'humidité moite de la forêt africaine où Kouhouesso va tourner son premier film Le coeur des Ténèbres.

   Un très beau roman avec lequel j'ai eu le plaisir de découvrir l'écriture élégante et profonde de Marie de Darrieussecq.

   "Il lui parlait du Congo. Pas n'importe quel Congo, pas le petit de Brazzaville, non, le grand de Kinshasa, où très vite il n'y a plus de route mais les longs bras du fleuve".

   "Deux mois et demi. Au bout de combien de temps se rompt un lien? se dénoue une histoire? L'amour, lui, empirait. L'amour idiot, celui qui empêche de vivre." 

Lire la suite

Petites histoires pour futurs et ex-divorcés, Katarina Mazetti

14 Avril 2019 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman

   Comment qualifier ce livre ? Peut-être de réalisme hilarant à la suédoise. 

    Katarina Mazetti nous offre des instants choisis de vie conjugale ou de solitude avant et après le mariage ou le divorce. Criants de vérité, points de vue de femmes, visions d'hommes. 

   A lire en riant ! 

   Du même auteur j'ai beaucoup aimé Le mec de la tombe d'à côté, dont voici une lecture de Stéphanie C. http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2017/06/le-mec-de-la-tombe-d-a-cote-katarina-mazetti.html ainsi que Le caveau de famille.

   Katarina Mazetti une auteure suédoise à découvrir !

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>