Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

roman

Belle du Seigneur, Albert Cohen

9 Septembre 2019 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman

   Voici un incontournable de la littérature française, publié en 1968 par le Suisse Albert Cohen, que j'avais pourtant contourné depuis quelques temps. Écrit à partir de 1930, repris après la guerre, il reçoit en 1968 le Grand Prix du Roman de l'Académie française. 

Rencontré tout d'abord il y a deux ans dans Une vie de Simone Veil

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2017/09/une-vie-simone-veil.html

Belle du Seigneur apparaissait régulièrement dans mes lectures et quand ce fut le premier livre à me tendre les bras lorsque je franchis la porte de ma nouvelle bibliothèque vint le moment de m'atteler à ce monument de 850 pages !

  Belle du Seigneur raconte l'amour fou d'une jeune-femme, Ariane, épouse d'un petit fonctionnaire de la société des nations à Genève et de celle de son Seigneur, Solal, juif grec sous-secrétaire général de la même société.

   L'écriture en est vraiment très originale puisque l'on se trouve dans la tête des protagonistes, en spectateur direct de leurs pensées, de leurs idées, de leurs ruminations. Ce qui permet d'avoir une perspective vraiment particulière sur la politique politicienne, dans une première partie du livre, et ce que peuvent faire les hommes pour parvenir au pouvoir, puis sur l'amour, la passion, sa beauté et ses dérives.  Une épopée avec en outre un éclairage historique sous fond de montée de l'antisémitisme et d'Hitler. 

   Un monument donc qui se passe sur 2 ans et que j'ai lu en trois mois tellement ce livre est dense.

En voici quelques extraits :

"Hantise d'elle, jour après jour, depuis le soir du destin. O elle, tous les charmes, ô l'élancée et merveilleuse de visage, ô ses yeux de brume piqués d'or, ses yeux trop écartés, ô ses commissures pensantes et sa lèvre lourde de pitié et d'intelligence, ô elle que j'aime."

"Et tu sais pour le cocktail, je m'occuperai de tout, extra en veste blanche, consommations, sandwiches, canapés. Tout ce que tu auras à faire, toi, ce sera de t'habiller épatamment et d'être aimable avec tous, y compris le S.S.G.

Il se tût, s'épongea le front, sourit à des visions. Parfaitement, un cocktail grand genre! Le coup de Trafalgar serait d'avoir l'ambassadeur de Belgique qui devrait rappliquer bientôt pour la Quatrième. Oui, se faire présenter par Debrouckère et inviter l'ambassadeur au cocktail.  La combine serait de dire à l'ambass, comme chose acquise, qu'il y aurait le S.S.G, alor l'ambass accepterait sûrement, et puis après inviter le S.S.G. en glissant qu'il y aurait l'ambass! Ce jour-là, une cinquantaine d'autos garées devant le villa! Tableau! Les voisins seraient estomaqués! 

   De plaisir, il croqua un morceau de sucre à la manière des lapins. Lui, conversation animée avec le S.S.G., cigare au bec, un martini ou un porto flip à la main tous les deux, des plaisanteries d'égal à égal. Juste avant l'arrivée des invités un demi-verre de whisky pour avoir de l'assurance et du brio. Non, ne pas lui parler tout de suite d'avancement  au cocktail, ne pas lui donner l'impression d'une invitation intéressée. Un peu de patience. Les huiles s'agaçaient vite lorsqu'on parlait promotion."

"Il alla à travers la pièce, svelte et cheveux désordonnés, l'air faussement distrait, soignant son charme, extravagant avec la brimbalante cravate du commandeur. Revenu vers elle, il lui offrit une cigarette qu'elle refusa, puis des fondants au chocolats qu'elle refusa aussi.  Il eut un geste de résignation et parla de nouveau.

- Moi aussi je me raconte des histoires dans le bain. Ce matin, je me suis raconté mon enterrement, c'était agréable. A cet enterrement sont venus des chatons en rubans roses, deux écureuils bras dessus bras dessous, un caniche noir avec un col de dentelle, des canetons en machons, des brebis avec des chapeaux bergère, des chevrettes en crêpe georgette, des colombes bleu pastel, un petit âne en larmes, une girafe en costume de bain 1880, un lionceau pattu qui croque un coeur de salade pour montrer qu'il a bon coeur, un boeuf musqué qui répand une gaieté franche et de bon aloi, un petit rhinocéros myope, tellement mignon avec ses lunettes en écaille et sa corne peinte en or, un bébé hippopotame avec  un tablier en toile cirée pour ne pas se salir quand il mange, mais il ne finit jamais sa soupe. Il y a aussi sept petit chiens très copains en habits du dimanche, ..."

"Tournant le dos aux robes naufragées, elle se perfectionna par de nombreux coups de peigne, d'abord larges et hardis, puis minuscules et subtils, circonspects, à peine esquissés, touches énigmatiques et caresses impalpables, recherches d'un absolu infinitésimal dont seule une femme aurait pu comprendre la pertinence et apprécier l'utilité. Le tout avec force mines, sourires d'essai, reculs, froncements de sourcils, longs regards scrutateurs. Déclarée ravissante après un dernier coup d'oeil impartial, elle sortit de la salle de bains repourvue d'âme et sûre de son destin."

 

 

Lire la suite

La Trëve, Primo Levi

30 Juillet 2019 , Rédigé par Cécile Publié dans #Roman

   Je vous avais présenté le roman que Primo Levi a écrit sur sa vie de prisonnier des nazis, http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/06/si-c-est-un-homme-primo-levi.html

mais lorsqu'il raconte la suite de sa vie, c'est à dire la fin du camp et le retour à la vie, c'est poignant et magnifique.

   Il s'agit de la période de transition sur la fin du camp d'Auschwitz. L'auteur nous raconte la longue errance à pied, parfois en train, d'un camp à un bivouac, à travers la Pologne, puis la Russie et toute l'Europe centrale.

   En 1945, les prisonniers libérés se sont débrouillés par leurs propres moyens pour manger, avancer et survivre encore. Les hommes sont très sensibles, très fragilisés et veulent rentrer dans leur pays, l'Italie. Primo Levi nous décrit ses compagnons de route, la solidarité rencontrée et les interminables galères pour rejoindre un pays libre à travers une Europe en ruines. Tous ces hommes libérés sont ensemble sur les routes et redécouvrent la vie, la nature, les femmes. Ce sont des portraits émouvants. Il faut lire ou relire Primo Levi !

 

 

 

Lire la suite

Les blessures du silence, Natacha Calestrémé

22 Juillet 2019 , Rédigé par Christine Publié dans #Développement personnel, #Roman

   ENFIN un livre qui propose un protocole de soins suite à l'emprise par un pervers narcissique : il s'agit de récupérer la partie de son âme qui a été volée. Merci infiniment à ma petite soeur de me l'avoir conseillé, c'était le juste moment pour moi de croiser sa route !

   Oui je me souviens : comme Amandine je sursautais sans raison et on me le reprochait. Oui je me souviens le petit jeu pervers du dîner, et tous les autres. Je me souviens de cette fatigue extrême, cet épuisement, cette course contre le temps sans pouvoir le rattraper jamais, ce stress permanent. Et puis, je sais cette perte de mémoire, ce cerveau qui se met sur off.

   De manière romancée, au travers d'une enquête policière à la recherche d'une mère de famille qui a disparu sans laisser de traces, Natacha Calestrémé nous fait vivre le quotidien d'une victime de pervers narcissique. Comme Marie-France Hirigoyen et Jean-Charles Bouchoux, dans les ouvrages que j'ai précédemment commentés sur ce blog et qu'elle cite, elle nous explique les processus de mise en place et comment s'en sortir.

   Mais voici longtemps que je cherchais un ouvrage qui donne des clés pour se reconstruire après. Dernièrement, lors d'un dîner, une amie me disait avoir tout lu sur le sujet et n'avoir rien trouvé; elle me confiait aussi sa certitude que le pervers narcissique est curable. Alors un grand merci à Natacha Calestrémé qui propose enfin un protocole de recouvrement de l'âme dans la bienveillance et pour le soin des deux interlocuteurs, "victime" et "bourreau", ou plutôt deux êtres humains avec des failles qui se sont imbriquées. 

   Quelques extraits

"J'ai réussi à ne plus lui en vouloir même s'il n'a jamais reconnu ses torts. Au début lui pardonner était envisageable mais j'y suis arrivée. La clef, c'est que je l'ai fait pour moi, pas pour lui. Il fallait que je sorte de ma position de victime."

"C'est quand même bizarre d'être à ce point maltraitée par son mari et de ne se rendre compte de rien. Je ne comprends pas pourquoi je me suis laissé faire comme ça."

"Il faut en dire le moins possible sur soi et ne rien dévoiler de personnel. Tout ce que vous livrez sera utilisé contre vous à un moment donné. Ensuite, il ne faut pas se justifier. Comme je viens de le dire, le pervers a toujours raison."

"- L'emprise est utilisée pour déposséder l'autre de sa confiance, de sa force et de son estime de soi.

- La victime n'est plus capable de penser normalement.

- Le pervers puise l'énergie de son entourage.

- La victime a le sentiment de perdre sa vitalité.

- Pour ne pas perdre la raison, la victime entre dans une forme de dissociation. Ses pensées sont séparées du reste de sa personnalité et elle devient l'observatrice extérieure du harcèlement qu'elle endure.

- Suite aux traumatismes générés par cette violence physique ou psychique, la fuite mentale se révèle être la seule protection possible face à l'inconcevable, ce qui est souvent considéré comme de la passivité par l'entourage."

"Lors de violences ou de harcèlement, la souffrance psychique est terrible. Le corps va également chercher à nous protéger en extrayant une partie de notre mental. On devient alors "observateur" de la situation comme si on n'était pas impliqué. D'où l'absence de réaction et parfois des pertes de mémoire relatives au drame.  [...] Un peu de notre âme s'échappe pour éviter de sombrer dans la folie liée à l'inconcevable. Le principe de cette méthode est de récupérer ce qui manque. [...] La victime d'emprise ou de harcèlement reste près du pervers parce qu'elle ne peut pas s'abandonner elle-même. L'autre a quelque chose qui lui appartient."

   Ouvrages de référence : 

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/01/femmes-sous-emprise-les-ressorts-de-la-violence-dans-le-couple-marie-france-hirigoyen.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/07/les-pervers-narcissiques-jean-charles-bouchoux.html

   

Lire la suite

L'horizon à l'envers, Marc Levy

17 Juillet 2019 , Rédigé par Justine Publié dans #Roman

    On imagine au début vivre le quotidien de trois jeunes étudiants en neurosciences aux Etats-Unis ...

   Mais les choses prennent très vite une tournure à la fois inattendue, extraordinaire et tellement émouvante qu'on en a les larmes aux yeux une bonne partie du livre.

   La chute est tout simplement inimaginable et le paquet de mouchoirs peut être vidé très rapidement pour les plus sensibles.

Autres lectures du même auteur sur le blog

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/06/ghost-in-love-marc-levy.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/04/vous-revoir-marc-levy.html

Lire la suite

Cupidon a des ailes en carton, Raphaëlle Giordano

11 Juillet 2019 , Rédigé par Ofélia Publié dans #Roman

   Deux êtres qui s'aiment éperdument ; mais voilà que Meredith, comédienne et en manque de confiance en elle, veut mettre à l'épreuve cet amour en s'éloignant quelques mois de son amoureux, Antoine, pour se convaincre qu'elle est capable de s'aimer pour ce qu'elle est et de grandir sans lui. Lui qui a tout pour plaire : il est beau, sûr de lui, a réussi sa vie professionnelle….

   Alors elle se lance ce défi pour améliorer sa capacité à aimer vraiment, ce qu'elle appelle "l'Amourability", et part en tournée avec sa meilleure amie Rose, pour entreprendre un "Love Tour" : tour d'elle-même, tour de l'amour entre elle et Antoine.

   Ce roman est plein de péripéties, plein des facéties de Cupidon qui va leur jouer quelques farces…. jusqu'à…

   Je vous laisse découvrir cette belle histoire et sa fin !

Du même auteur sur le blog, un article d'Annelise

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2017/02/ta-deuxieme-vie-commence-quand-tu-comprends-que-tu-n-en-as-qu-une-raphaelle-giordano.html

Lire la suite

La ferme africaine, Karen Blixen

8 Juillet 2019 , Rédigé par Cécile Publié dans #Roman

   Quel magnifique roman que cette célèbre Ferme africaine de Karen Blixen. Vous avez tous en tête le film sorti en 1985 avec Meryl Streep et Robert Redford, tous les deux admirables dans des paysages d'Afrique inoubliables. 

   Écrit en 1937 ; après son retour ruinée en Europe, Mme Blixen refait sa vie et devient écrivaine.

   Ce livre est le récit passionné de sa vie au Kenya près des tribus Massaï. Elle y a dirigé une grande ferme qui produisait du café. Elle chassait et recevait tous les étrangers qui passaient par là. Elle survolait en avion de grands territoires, amoureuse des couleurs et des troupeaux d'animaux.

   Ce roman est un grand chant d'amour pour l'Afrique, la nature et les hommes.

Lire la suite

Mon nom est Rouge, Orhan Pamuk

30 Juin 2019 , Rédigé par Cécile Publié dans #Roman

   Orhan Pamuk est un écrivain turc contemporain qui a reçu le prix Nobel en 2006. Je vous présente un de ses meilleurs romans, un bon policier historique bien ficelé et très prenant. 

   Pendant l'hiver 1590, à Istanbul, un dessinateur miniaturiste de la cour impériale est tué. Il participait à la création d'un livre moderne, impie car inspiré de la mode européenne de l'époque. Un complot éclate dans le grand palais du sultan. Le détective chargé de l'affaire s'appelle Le Noir, et il veut connaître la vérité. Dans les rues de la ville, il traque l'auteur de dessins qui pourrait être le coupable. L'art de la miniature est tout un monde. Des artistes perses sont venus à la cour de Turquie pour enseigner cet art, ils sont très spécialisés, jaloux les uns des autres, et puristes. Est-ce une guerre entre eux, pour préserver leur art pur ?

   L'intrigue est passionnante ... bonne lecture pour cet été !

Lire la suite

La Jeune fille et la nuit, Guillaume Musso

23 Juin 2019 , Rédigé par Justine Publié dans #Roman

   Le personnage principal raconte son enquête pour trouver qui veut se venger du meurtre qu'il a commis vingt ans avant : il a emmuré une camarade au lycée. On vit sa vie le temps de quelques jours dans une ville du Sud-Est de la France, les scènes sont tellement bien décrites qu'on plonge dans son univers et plus on avance plus on veut en savoir.

   Une enquête pleine de rebondissements parfois touchants, parfois surprenants... J'ai adoré !

   Articles sur les ouvrages de Musso sur le blog :

Seras-tu là ? 

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2020/08/seras-tu-la-guillaume-musso.html

Un appartement à Paris

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2017/09/un-appartement-a-paris-guillaume-musso.html

Et après

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2018/12/et-apres.guillaume-musso.html

L'instant présent

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2017/04/l-instant-present-musso.html

La fille de Brooklyn

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/10/la-fille-de-brooklyn-guillaume-musso.html

Lire la suite

Le Petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry

17 Juin 2019 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman, #Développement personnel

   J'avais envie de lire Le Petit Prince à mes enfants à Noël, mais le moment est passé, on a enlevé l'étoile du sapin et on est retourné chacun à ses claviers. 

   Et dernièrement : surprise ! Hasard ? En une semaine deux références au Petit Prince. Il n'était pas loin, pas encore rangé dans la bibliothèque, juste dans l'attente d'être lu.   

   Je le redécouvre avec une immense joie. C'est un conte philosophique magique, l'histoire d'une rencontre, de l'amitié, de la vie, de la mort et de l'amour.

   Chacun l'interprète selon son envie, le moment, un poème à différents niveaux de lectures, qui se lit et se relit avec à chaque fois la découverte d'une nouvelle pépite.

   Alors si vous aussi vous voulez entendre les étoiles rire la nuit n'attendez pas ...

    

Lire la suite

Si c'est un homme, Primo Levi

15 Juin 2019 , Rédigé par Cécile Publié dans #Roman

   Ce roman très connu est souvent étudié dans les établissements scolaires français comme témoignage sur les camps de concentration nazis. Sa lecture est facile, le texte est court et très bien écrit. En voici un résumé. 

   Un jeune Italien juif est arrêté dans le maquis et déporté par les nazis au camp d'Auschwitz. Nous sommes en février 1944 : la faim, la neige et les maladies sont courantes là bas en Pologne. Les sélections terrorisent tous les prisonniers. L'auteur témoigne de sa survie. Il raconte toutes les combines imaginées pour s'en sortir et surtout, mieux manger. Il raconte les rapports méprisants des nazis vis à vis de ces prisonniers venant de toute l'Europe. Il raconte enfin l'évacuation du camp en janvier 1945 après l'arrivée de l'armée russe. Mais l'auteur est si malade qu'il reste sur place, il est un des rares survivants. 

   La suite fait l'objet d'un second roman, que je vous présenterai prochainement.

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>