Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

auteur

Malarrosa, Hernan Rivera Letelier

2 Avril 2018 , Rédigé par Cécile Publié dans #Roman, #Auteur

   Cet auteur du Chili est né en 1950 et grâce à sa grande expérience de la vie il a une inépuisable veine littéraire depuis son premier roman en 1997 (La reine Isabel chantait des Chansons d'Amour). Succès immédiat, traductions dans le monde entier et prix littéraires : notre auteur est un ancien mineur dans les exploitations de salpêtre du nord de son pays. Cette région est pour lui une infinie source d'inspiration, avec son histoire ouvrière, les petits métiers, son folklore et la vie dans les campements du désert.

   Malarrosa est le nom d'une gamine, orpheline de mère, élevée par son père, grand joueur de poker malchanceux. La roue tourne un jour pour lui grâce à un gri-gri, et ils vont ensemble de bars en bordels pour participer à des parties sans fin. Le train du désert passe dans leur village et emmène peu à peu les habitants car c'est la fin de l'âge d'or du salpêtre (nous sommes dans les années 1930). Les mines ferment les unes après les autres et, dans ces terres hostiles, les villages se vident. 
   Malarrosa a des amies pour l'aider à grandir : une vieille institutrice, de jeunes prostituées du bordel et cabaret local. Un gros bras, ami et garde du corps de son père, veille aussi sur elle.

   Le roman nous raconte la vie de toute une ribambelle de personnages hauts en couleur avec des métiers surprenants et des destinées parfois encore plus étonnantes.

   Il faut connaitre Hernan Rivera Letelier car il nous raconte depuis 20 ans, au gré de ses romans, toute l'histoire du nord de son pays, le Chili.

Lire la suite

Camilla Läckberg, thrillers à la suédoise

20 Janvier 2018 , Rédigé par Erik Publié dans #Roman, #Auteur

  Les livres de Camilla Läckberg (à lire  en Anglais) sont des thrillers policiers se déroulant dans une ville balnéaire suédoise.

   Camilla Läckberg met en scène des crimes commis dans un petit port suédois. Chaque livre met en scène les mêmes personnages, les même familles. On suit l’évolution quotidienne de ces familles de livre en livre. On rentre dans leur univers et on s’attache à eux. Camilla Läckberg les confronte incessamment à des crimes plus horribles les uns que les autres. Elle arrive à mêler les vies de ces familles avec des secrets ancestraux qui aboutissent à des morts.

   Quelques suggestions : La Princesse des glaces, Le Prédicateur, Le Tailleur de pierre,  l'Oiseau de mauvais augure, L'Enfant allemand, La Sirène, Le gardien de phare.

   Attention lecture addictive.

Lire la suite

Fictions, Jorge Luis Borges

10 Décembre 2017 , Rédigé par Estelle Publié dans #Auteur, #Roman

   Jorge Luis Borges (1899-1986), poète et écrivain argentin dont les nouvelles et contes sont empreintes de fantastique, est l'une des principales figures du réalisme magique latino-américain.

   Inscrit au programme de littérature en 1987, j'ai découvert Borges avec Fictions, puis dévoré L'Aleph, Le rapport de Brodie, Le livre de sable, L'auteur et autres textes, conservés dans ma bibliothèque depuis. Seul Fictions avait mystérieusement disparu. Or c'était le recueil dont je gardais le plus vif souvenir et notamment de la nouvelle Funes ou la mémoire, drôle de coincidence! 

   J'ai relu dernièrement Fictions avec un vif intérêt. Surprise tout d'abord par le style parfois ardu, aux multiples références évoquant des univers aussi différents que l'histoire, la religion, les sectes, la littérature, la philosophie, les mathématiques, la géométrie... J'ai été peu à peu reconquise par les textes distrayants, dépaysants et documentés. 

   Il faut déguster Borges doucement, tranquillement, sans précipitation, le laisser et y revenir, peut-être même faire quelques recherches si le cœur vous en dit, car, comme un autre lecteur me l'a confirmé, Borges peut parfois sembler inaccessible, nous faire nous sentir comme un Béotien dans la Grèce antique. 

Je vous propose deux citations de Fictions pour le plaisir et vous laisse avec Borges.

"Dans Tlön les choses se dédoublent ; elles ont aussi une propension à s'effacer et à perdre leurs détails quand les gens les oublient", extrait de Tlön Uqbar Orbis Tertius.

"Il existe une heure de la soirée où la prairie va dire quelque chose. Elle ne le dit jamais. Peut-être le dit-elle infiniment et nous le l'entendons pas, ou nous l'entendons, mais ce quelque chose est intraduisible comme une musique...", extrait de La fin.

 

    

 

Lire la suite

Sándor Márai, écrivain hongrois grand maître du portrait

19 Novembre 2017 , Rédigé par Cécile Publié dans #Auteur

    Monsieur Márai est un homme de lettres hongrois qui est né en 1900 dans l'actuelle Slovaquie et mort en 1989 au Etats-Unis où il s'était exilé.
   C'est un représentant typique par sa culture cosmopolite, de ce que l'on appelle la Mitteleuropa, dans les années 1920-30. Sa vie est éparpillée en Europe où il a beaucoup voyagé. Il est né dans une famille de la petite noblesse hongroise et choisit de faire des études de journalisme en Allemagne. Il vivra ensuite à Paris pendant 5 ans puis à Budapest à partir de 1928. C'est à ce moment qu'il rencontre le succès par ses romans, les plus grands écrits dans les années 30 et 40. Citons Un chien de caractère pour un portrait d'un animal familier. Les Braises, une rencontre d'anciens amis proches, avant une séparation définitive : c'est le roman qui fit connaitre Sándor Márai en France en 1995 seulement. Un récit d'une maladie et de sa guérison par une force personnelle extraordinaire : La Sœur de 1946.

   L'écrivain est prolifique et son oeuvre est de nouveau publiée actuellement en France. Il faut le lire car c'est un très grand auteur. 
   Pendant la 2ème guerre mondiale, son foyer est détruit, puis sous le régime communiste, installé en Hongrie, il est déclaré persona non grata et tombe en disgrâce. Il décide de s'exiler en 1948 et vivra alors entre l'Italie et les Etats-Unis.   

   Un autre beau roman récemment publié est Les Étrangers, sur la condition d'expatrié et l'apprentissage de l'exil.

   Les thèmes sont divers, et je vous souhaite de très belles lectures avec Sándor Márai, grand maître dans l'art du portrait.

 

Lire la suite

Aurélie Valognes, le roman "feel-good" à la française

9 Septembre 2017 , Rédigé par Alexandra Publié dans #Auteur, #Roman

   J’ai lu cette année deux livres très sympathiques d’une jeune auteure : Aurélie Valognes, Mémé dans les orties, En voiture Simone, et acheté mais pas encore lu son 3è livre Minute Papillon.  Je l'ai découverte  grâce à la couverture que j’ai trouvé rigolote tout comme les titres, bien choisis.

   J’ai aimé son style rafraîchissant et tendre, on est vite pris par l’histoire, on s’identifie facilement aux personnages qui peuvent ressembler à notre entourage…

   Je la recommande pour passer un bon moment et méditer sur le quotidien…

 

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2018/02/meme-dans-les-orties-aurelie-valognes.html

 

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/09/au-petit-bonheur-la-chance-aurelie-valognes.html

 

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/09/minute-papillon-aurelie-valognes.html

 

 

Lire la suite

Jean-Claude Izzo, la trilogie marseillaise

25 Juillet 2017 , Rédigé par Stéphanie G. Publié dans #Auteur, #Roman

   Tombée par hasard sur le roman Total Khéops, au seul fait de la mention d'un prix 813 (les connaisseurs de Maurice Leblanc feront le lien), j'ai tout de suite eu envie de me lancer dans cette lecture.

    Une fois le livre terminé, j'ai eu le plaisir de découvrir qu'une suite m'attendait : Chourmo puis Solea. 

  J'ai adoré ces livres pour deux raisons : l'intrigue et la plongée dans un univers typiquement marseillais.

   Cette trilogie nous fait suivre les aventures de personnages attachants, avec un suspense et de l'action comme les histoires de policiers et de mafia peuvent en receler.

   Jean-Claude Izzo est un auteur marseillais, amoureux de sa ville. Il m'a fait replonger dans une Marseille où j'ai passé de belles années d'études.

   La toile de fond marseillaise que l'on trouve dans ces romans est très réaliste. Elle m'a permis de comprendre après-coup certaines choses sur l'âme de cette belle ville et sa population.

   Je ne me suis pas encore laissée tenter par les deux adaptations cinématographiques de cette histoire. Peut-être une idée pour les vacances.

    Bonne lecture !   

 

Lire la suite

Jonas Jonasson, romancier humoriste

25 Mai 2017 , Rédigé par Estelle Publié dans #Auteur, #Roman

  Jonas Jonasson est inclassable. Imaginatif, drôle, loufoque, imprévisible. L'ancien journaliste suédois crée des situations rocambolesques qui s'enchaînent selon la logique de personnages insolites.

   Son premier livre, le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, a été plébiscité par des millions de lecteurs qui ont applaudi à la fugue du centenaire de sa maison de retraite et ont suivi sa cavale invraisemblable, pourchassé par un gang auquel il a emprunté une valise involontairement...

   Pour suivre son dernier roman, l'assassin qui rêvait d'une place au paradis, il faudra lire l'évangile selon une pasteur défroquée alliée à un réceptionniste d'hôtel de seconde zone, ou bien croire au Père Noël. On rit aux éclats ... si on laisse la raison déraisonner.

   Et je garde le meilleur pour la fin; mon préféré: l'analphabète qui savait compter, encore plus fou, tout aussi improbable puisqu'il y a une chance sur 45 milliards 670 millions 212 mille 810 qu'une jeune Sud-Africaine affectée au nettoyage des latrines de Soweto sauve le roi de Suède et pourtant...

   Le quatrième roman de Jonas Jonasson est prévu pour 2018. On l'attend avec impatience!

Lire la suite

Concert baroque, Alejo Carpentier

11 Avril 2017 , Rédigé par Cécile Publié dans #Roman, #Auteur

    On connait peu les écrivains cubains et je voudrais vous présenter Alejo Carpentier (d'un père français). Né en 1904, il est mort en 1980 à Paris où il avait un poste à l'ambassade de Cuba. On l'appelle le maître du réalisme magique, car il a un style d'écriture spécifique, un peu merveilleux et fantasque. Le roman que je viens de lire en est un exemple parfait. C'est une oeuvre de 1974, courte et facile à lire, dont l'action se déroule plutôt en Europe.
   Mais Carpentier est très connu pour d'autres écrits, comme Le siècle des Lumières, Le partage des eaux (un superbe livre sur la forêt tropicale), Chasse à l'homme, la Harpe et l'ombre son dernier roman. De formation journaliste, l'auteur a toujours vécu entre Cuba, le Venezuela et l'Europe. Comme partagé entre ses différentes cultures.

   Concert baroque nous raconte le voyage d'un riche Mexicain accompagné de son serviteur noir, en route pour l'Europe. D'abord l'Espagne, puis Venise où se déroule le carnaval. C'est alors la découverte de la fête avec des descriptions superbes, des couleurs, des musiques et des jeux humains. Nos 2 voyageurs sont éblouis, et plus encore car ils rencontrent Vivaldi (déguisé en prêtre) et Scarlatti, compagnons de fête. Un étonnant concert a lieu dans un pensionnat de jeunes musiciennes, c'est l'apothéose du roman. C'est un livre un peu délirant et surtout très musical, qui traverse les époques avec fantaisie.
   A découvrir, pour une lecture distrayante, différente, et vous donner envie de lire Alejo Carpentier.

Lire la suite

Qui est Nicolas Barreau, le nouvel auteur romantique?

18 Mars 2017 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman, #Auteur

   Je viens de terminer la lecture agréable de La Vie en Rosalie ou plus joli "Paris is always a good idea" de Nicolas Barreau. Je décide donc de découvrir qui il est, car il m'intrigue: il écrit des romans avec une sensibilité très féminine et ses livres sont traduits de l'allemand.

   Ici commence le jeu de piste: plus de 500.000 lecteurs, pourtant aucune information en Français sur le net hormis les quelques lignes de la page de garde de ses livres répétées à l'envi. Alors "Wer ist denn Nicolas Barreau"? Et là, bingo! Nicolas Barreau est en fait le pseudonyme de Daniela Thiele, journaliste allemande née en 1959 à Düsseldorf. Mon instinct ne m'avait donc pas trompée!

   Je vous conseille bien sûr son grand succès Le Sourire des femmes, une rencontre parisienne entre un auteur et son personnage, et surtout Tu me trouveras au bout du monde ou comment l'email remplace au 21è siècle les échanges épistolaires: Victor Hugo n'a qu'à bien se tenir. Quant à Rosalie, elle écoute Georges Moustaki et Vladimir Vyssotski, persuadée que "les tâches de couleur (bleues) sont la plus belle chose au monde. Comme la rêverie...".

Retrouvez aussi sur le blog les articles La Vie en Rosalie du 4 juillet 2017, Le Sourire des femmes du 17 septembre 2017 et Un soir à Paris du 21 mai 2018.

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2017/09/le-sourire-des-femmes-nicolas-barreau.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2018/05/un-soir-a-paris-nicolas-barreau.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2017/06/la-vie-en-rosalie-nicolas-barreau.html

Lire la suite

Laurent Gounelle, philosophe et humaniste

5 Janvier 2017 , Rédigé par Estelle Publié dans #Auteur, #Roman, #Développement personnel

Tout d'abord, je vous souhaite une excellente année de lecture, et pourquoi pas d'écriture en partageant vos livres préférés sur le blog :-)

On a beaucoup reparlé dernièrement de Laurent Gounelle, suite à la sortie en poche de son dernier livre "Le jour où j'ai appris à vivre", une réflexion sur le sens de la vie entre partage et manipulation positive.

J'en profite pour ouvrir la catégorie "développement personnel" qui j'espère s'étoffera vite des textes que vous voudrez nous faire découvrir! Rendez-vous SVP à cet effet sur la page Contact.

Laurent Gounelle, ancien consultant en relations humaines, a déjà publié 4 best sellers internationaux. Son dernier roman "Et tu trouveras le trésor qui dort en toi" est paru en octobre 2016.

Je garde un excellent souvenir du livre qui l'a fait connaître en 2008: "L'homme qui voulait être heureux". On y rencontre un vieux guérisseur à Bali. Testez ses méthodes. Elles fonctionnent!

"Le philosophe qui n'était pas sage" nous entraîne dans la jungle tropicale à la découverte d'un peuple qui vit au rythme de la nature et qui va être confronté au modèle occidental. Un livre bouleversant et terrible.

Dans "Les dieux voyagent toujours incognito" Laurent Gounelle parle de la prise de confiance en soi au détour d'une rencontre père - fils. Un roman très agréable à lire.

Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>