Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

auteur

Mort du grand conteur chilien Luis Sepulveda

26 Avril 2020 , Rédigé par Cécile Publié dans #Auteur

     C'est un homme dévoué aux grandes causes et un écrivain à succès qui vient de mourir à 70 ans en Espagne. Né au Chili, il a été élevé dans la banlieue de Santiago et a étudié le théâtre. Très jeune militant au parti communiste, il a été un proche du gouvernement du président Salvador Allende, mais à sa chute, il est emprisonné et doit s'exiler. C'est à Hambourg, en Allemagne, qu'il s'installe et refait sa vie dans les années 80. Journaliste, et surtout marin à bord d'un bateau de Greenpeace, il voyage alors beaucoup. Il écrit son premier roman en 1992, Le vieux qui lisait des romans d'amour, et c'est tout de suite un succès mondial, une traduction dans plus de 60 langues ! un phénomène littéraire est alors né.

   La carrière d'écrivain de Sepulveda est commencée et elle nous offre des romans d'aventure, des romans policiers et des récits pour enfants : Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler. Vous pourrez en découvrir sur ce blog. Mais surtout, surtout ne ratez pas l'histoire de ce vieux sage qui vit dans la forêt amazonienne ! et puis, si vous avez encore envie de le découvrir avec un roman assez autobiographique : lisez Le Neveu d'Amérique, un livre touchant et très humain. Bonnes lectures !

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2017/08/l-ombre-de-ce-que-nous-avons-ete-luis-sepulveda.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2020/04/le-vieux-qui-lisait-des-romans-d-amour-luis-sepulveda.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2018/08/le-vieux-qui-lisait-des-romans-d-amour-luis-sepulveda.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2020/11/l-ange-vengeur-luis-sepulveda.html

Lire la suite

Doris Lessing, conseils pour la lecture

11 Avril 2020 , Rédigé par Cécile Publié dans #Auteur, #Roman

    Doris Lessing est une écrivaine anglaise née en 1919 qui a passé son enfance dans le sud de l'Afrique. Son oeuvre est très autobiographique, éclectique et importante. Elle a souvent été qualifiée d'écrivain féministe, engagée et anti colonialiste. Elle a été couronnée du Prix Nobel de Littérature en 2007.

   Dans la préface de son chef d'oeuvre, Le Carnet d'or, publié en 1962, elle indique à des étudiants en littérature comment LIRE. Voici un extrait de ses conseils :

"Il n'existe qu'une façon de lire, et elle consiste à flâner dans les bibliothèques et les librairies, à prendre les livres qui vous attirent et ne lire que ceux-là, à les abandonner quand ils vous ennuient, à sauter les passages qui traînent - et à ne jamais, jamais rien lire parce qu'on s'y sent obligé, ou parce que c'est la mode. Rappelez vous qu'un livre qui vous ennuie à vingt ou trente ans, vous ouvrira ses portes quand vous en aurez quarante ou cinquante - et vice versa. Ne lisez pas un livre quand ce n'est pas le bon moment pour vous. Gardez l'esprit ouvert. Par dessus tout, sachez que le fait de devoir passer 1 ou 2 ans sur un seul livre ou un seul auteur, signifie qu'on vous enseigne mal. On aurait dû vous apprendre à lire d'un élan à un autre, à suivre vos propres intuitions pour déterminer vos besoins."

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2020/04/vaincue-par-la-brousse-doris-lessing.html

Lire la suite

Malika Mokeddem, une écrivaine subtile et forte.

3 Février 2020 , Rédigé par Cécile Publié dans #Auteur

    Malika Mokeddem est une Algérienne dont les parents et grands parents étaient nomades. Ils étaient aussi analphabètes. Elle est née dans le désert en 1949, aînée d'une famille de dix enfants. Elle a fait des études et est allée à l'université en Algérie, puis en France. Elle est docteur en médecine et surtout auteur ... pour notre plus grand bonheur car ses romans sont tous magnifiques. Le premier s'intitule Les Hommes qui marchent, sorti en 1990. Puis vient Le Siècle des sauterelles, ensuite L'Interdite en 1993. Chaque oeuvre est reconnue et primée en France et à l'étranger.

   En règle générale, le thème principal est la vie de la Femme, ou encore les origines de chaque homme, ses traditions.

   Pendant la décennie noire des années 1990, quand les islamistes étaient maîtres de l'Algérie, Malika Mokeddem a été menacée pour sa liberté de parole, alors même qu'elle vivait en France ! Elle a toujours été rebelle et a toujours pris la parole pour dénoncer ce qui ne va pas, et en particulier la condition de vie des femmes.

   Ses romans sont magnifiques, très poétiques, très colorés et optimistes. Malika Mokeddem est une battante et son énergie est communicative. On referme un roman avec une furieuse envie d'attraper le suivant, et en prime une grande joie de vivre intérieure.

   Citons-la pour mieux la comprendre : " Écrire c'est gagner une page de vie, c'est reprendre un empan de souffle à l'angoisse, c'est retrouver, au-dessus du trouble et du désarroi, un pointillé d'espoir. L'écriture est le nomadisme de mon esprit, dans le désert de ses manques, sur les pistes sans autre issue de la nostalgie, sur les traces de l'enfance que je n'ai jamais eue ".

   Elle nous dit, à travers ses romans, que la lecture l'a sauvée, ainsi que les études, pour échapper à une vie toute tracée de femme en pays musulman.

Une lecture de Cécile sur le blog pour découvrir Malika Mokeddem  

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/12/la-nuit-de-la-lezarde-malika-mokeddem.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2020/01/la-transe-des-insoumis-malika-mokeddem.html

 

Lire la suite

Mutis, un baroudeur de première

9 Novembre 2019 , Rédigé par Cécile Publié dans #Auteur

   Dans la catégorie des écrivains voyageurs contemporains, il en est un que je voudrais vous présenter car c'est un baroudeur de première. Il a voyagé dans le monde entier, et particulièrement sur l'eau. Dans ses romans, on passe de l'Europe au Moyen-Orient et plus souvent encore, à l'Amérique Latine, qu'il connaît comme sa poche.

Alvaro Mutis est Colombien, né à Bogota en 1923, il a travaillé toute sa vie pour le compte d'entreprises internationales, les représentant ici ou là. Toute sa vie il a aimé rédiger des poèmes, et dans les années 1980, il a écrit une série de romans d'aventures dont le héros est un marin, Maqroll le Gabier. On embarque avec lui sur des fleuves d'Amazonie, ou bien pour faire du cabotage sur les côtes africaines ou nordiques. C'est passionnant, facile à lire et à suivre sur une carte du monde. On trouve toujours une belle femme, une femme de caractère, une héroïne admirable et généreuse. Elle s'appelle Warda, ou Illona ou Maria selon le roman, et je vais vous les présenter prochainement.

   Alvaro Mutis a été décoré par le prix Cervantes en 2001, c'est le plus grand prix littéraire pour la langue espagnole. Il a choisi de vivre dans la ville de Mexico dans les années 1950, et c'est là qu'il est mort en 2013. C'était un vieil ami de Gabriel Garcia Marquez, un compatriote.

Lire la suite

Reflets dans un oeil d'or, Carson McCullers

3 Novembre 2019 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman, #Auteur

   Merci à Catherine, rencontrée au pique-nique Babelio, de m'avoir offert ce livre. Lors de cette rencontre je me disais justement que je souhaitais mieux connaître la littérature américaine dont Carson McCullers est l'une des illustres représentantes. Catherine décrit Carson McCullers - 1917-1967 - comme un "écrivain luciole, précoce, torturée par ce corps malade, comme Proust écrivant sans relâche, libre comme le fut Frida Khalo".

   Reflets dans un oeil d'or raconte la vie dans une caserne du sud des Etats-Unis, les hommes, les gradés, leurs femmes. L'histoire de deux couples, de leurs amours affichées ou contrariées.  L'histoire d'un simple soldat qui les regarde évoluer dans une autre société.

   Avec un suspens conservé jusqu'au bout, ce thriller est d'une lecture facile et agréable pour un moment de détente.

   "Un paon d'un air sinistre, avec un immense oeil d'or. Et dans cet oeil les reflets d'une chose minuscule...".

 

Lire la suite

La littérature contemporaine en Egypte

25 Mai 2019 , Rédigé par Cécile Publié dans #Auteur, #Roman

   Je voudrais vous présenter un petit récapitulatif des auteurs égyptiens d'aujourd'hui qui font partie de ce que l'on appelle le roman moderne égyptien.

   Il y a tout d'abord l'incontournable Prix Nobel de Littérature en 1988 : c'est Naguib Mahfouz, né en 1912 et mort au Caire également en 2006. Je vous conseillerais de commencer par un roman issu de la Trilogie du Caire (par exemple l'Impasse des 2 palais). C'est une saga familiale historique facile à lire. Chaque livre a pour titre le nom d'une ruelle du vieux Caire où l'écrivain a habité. En amoureux de sa ville, elle est le cadre de presque tous ses romans. Mahfouz est un écrivain très prolixe et son oeuvre est abondante, vous pouvez lire aussi Miramar qui raconte la vie d'une pension de famille à Alexandrie. Le Passage des miracles de 1947 nous parle de la population des vieux quartiers du Caire, comme Le Mendiant ou encore Le voleur et les chiens qui nous conte des destins de pauvres bougres avec philosophie.

   Mon auteur favori, s'il fallait choisir, c'est Albert Cossery, que je vous ai présenté dans un précédent article sur ce blog. C'est un égyptien élégant qui vivait à Paris mais écrivait exclusivement sur son pays. Ses écrits sont rares (8 romans) mais savoureux et très ironiques. Mendiants et orgueilleux reste son livre le plus connu, qui a aussi été porté à l'écran. C'est comme souvent chez Cossery, une apologie de la paresse et du détachement des biens matériels.
http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/04/albert-cossery-le-voltaire-du-caire.html http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/04/les-couleurs-de-l-infamie-albert-cossery.html

 

   Autre grand écrivain né au Caire en 1937, Sonallah Ibrahim s'est fait connaître par le roman Les années de Zeth, puis par un autre Charaf ou l'Honneur qui nous raconte la vie d'une prison du Caire. Militant communiste dès les années 50, l'auteur a été emprisonné 5 ans et il décrit par expérience ce monde sordide. Il écrit ensuite des satires féroces sur la vie politique sous l'Egypte de Moubarak. Il nous raconte avec beaucoup d'humour et de dérision le quotidien de cette mégapole qu'est le Caire.
   La dérision est un mot clé dans la littérature égyptienne : tous les Egyptiens sont les premiers à rire d'eux mêmes avec lucidité tout en gardant une très respectable fierté.

   Une femme enfin, née en Egypte dans une famille juive qui a été forcée de quitter le pays au milieu des années 50. Paula Jacques est alors partie en France. Elle nous parle de cette minorité juive et de leur vie en Egypte : c'est vivant, gai et fantasque. Mon roman préféré est L'héritage de tante Carlotta, mais j'aime aussi l'histoire de Deborah ou les anges dissipés pour lequel Paula Jacques a eu le Prix Femina en 1991. L'auteur est animatrice à France Inter depuis 1975, pour des émissions culturelles sur la littérature et le cinéma. Je crois que tous ses romans sont autobiographiques, en tout cas ils sont passionnants et faciles à lire.

   Pour finir, je dois vous parler d'un véritable phénomène de librairie : L'Immeuble Yacoubian, un livre paru en 2002 qui a eu un tel succès qu'il a immédiatement été traduit et imprimé dans le monde entier. Son auteur est un dentiste du Caire reconverti à l'écriture ! oui, vous avez bien lu, c'est Alaa El Aswany, 62 ans. Il se mêle de la vie politique égyptienne lors de la révolution de 2011, ce qui lui vaut actuellement des déboires avec la justice militaire locale. Son roman nous raconte la vie d'un immeuble des beaux quartiers du centre ville, c'est une fresque historique et un magnifique portrait de la société d'aujourd'hui au Caire. Le roman est drôle, tendre et très humain. Je vous le recommande très chaudement ! à lire... ou à voir au cinéma car il a déjà été adapté.

Lire la suite

Albert Cossery, le Voltaire du Caire

11 Mai 2019 , Rédigé par Cécile Publié dans #Auteur, #Roman

   

   L'écrivain égyptien Albert Cossery habitait depuis 1945 la même chambre d'un petit hotel parisien, mais il n'a jamais écrit que sur son pays, rendant hommage aux petites gens de son enfance.

   Qualifié par un critique de "Voltaire du Caire" à cause de son ironie envers les puissants, Cossery est auteur d'une oeuvre rare mais qui fait l'objet d'un véritable culte de la part de ses admirateurs. C'est un auteur secret, qui revendique sa paresse et qui est étranger à toute mode. Il n'a écrit que 8 romans, pas très épais. Les couleurs de l'infamie  http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/04/les-couleurs-de-l-infamie-albert-cossery.html est son dernier roman, paru en 1999. Citons quelques autres de ses oeuvres : Mendiants et orgueilleux publié en 1955, Un complot de saltimbanques, ou encore un très grand succès Les fainéants de la vallée fertile paru en 1948. C'est Henry Miller qui assure la publication aux USA de son premier roman Les hommes oubliés de Dieu en 1941.

   Cet ancien élève des Jésuites a débarqué en France après la guerre puis a vécu des années de bohême, fréquentant Albert Camus, Juliette Greco, Jean Genet et Mouloudji. Il vivait à l'hôtel La Louisiane, rue de Seine, dans le quartier de Saint Germain des Prés. Il déjeunait dans les restaurants , bars et brasseries du quartier où l'on pouvait le rencontrer. Il est mort là, sur son lit , un jour de juin 2008.

   Dans sa chambre, Cossery ne possédait que des vêtements car il était un homme élégant. "Pour attester de ma présence sur terre, je n'ai pas besoin d'une belle voiture. En restant à l'hôtel La Louisiane, je n'ai pas perdu une seule seconde de ma vie" disait-il en 1993.

   Primé par l'Académie Française, Cossery fait, dans ses livres, l'éloge du dénuement et d'un art de vivre bien éloigné de notre société marchande. La moitié de ses romans a été adaptée au cinéma.

Lire la suite

Vie de Herta Müller, de Roumanie

22 Avril 2019 , Rédigé par Cécile Publié dans #Auteur, #Roman

   A l'automne 2009 le prix Nobel de littérature est décerné à une femme presque inconnue en France : Herta Müller. Elle a alors 56 ans et vit à Berlin, mais elle est d'origine roumaine et a été tellement persécutée qu'elle a été obligée de quitter son pays.

   Herta a grandi dans la campagne, avec des personnes dures, rudes, puis elle est partie faire des études à Timisoara. Une fois diplômée, elle devient traductrice dans une entreprise locale, mais elle écrit, elle se rebelle et elle est harcelée par les sbires du régime Ceausescu. Elle vit de peur, d'angoisses, de filatures dans la nuit, de lettres ouvertes, de dénonciations, de menaces de tout, puis de menaces de mort. Un jour elle va recevoir un passeport, et on la pousse hors du pays en 1987 : cela l'a certainement sauvée. Certains de ses amis étudiants ont été suicidés. Elle se reconstruit en Allemagne, elle parle allemand et continue à écrire, puis elle est publiée.

   Je vous conseille de lire Animal du coeur, un roman qui raconte sa jeunesse. Puis d'autres titres comme L'homme est un grand faisan sur terre ou encore La convocation, ce sont des romans du quotidien dans la Roumanie des années 70 et 80. 

   L'académie de Suède l'a choisie pour le Nobel car elle a "avec la densité de la poésie et l'objectivité de la prose, dessiné les paysages de l'abandon."

   Ses romans décrivent souvent la vie sous le régime totalitaire, comme pour mieux oublier, pour surmonter et témoigner surtout.

   Un autre article de Cécile présente Animal du coeur http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/03/animal-du-coeur-herta-muller.html

Lire la suite

Mort de l'écrivain finlandais Arto Paasilinna

16 Octobre 2018 , Rédigé par Cécile Publié dans #Auteur, #Roman

    En Finlande et dans tous les pays nordiques il existe un roman culte : Le lièvre de Vatanen, écrit en 1975 par Paasilinna. Enorme succès, traduit mondialement, et qui fut le début d'une longue carrière pour ce nouvel écrivain. C'est Le lièvre qui fit découvrir l'auteur en France dans les années 80.
Jeune, Arto Paasilinna a exercé 100 petits métiers dans les campagnes nordiques puis il a décidé d'étudier le journalisme et s'est lancé en littérature. Il est mort hier à 76 ans, il nous laisse une oeuvre considérable. Environ 35 romans, souvent drôles, avec une intrigue un peu tirée par les cheveux, mais sympathique. 
L'homme est original, les récits tragi-comiques sont contemporains, le décor est généralement les paysages nordiques. La Nature est reine pour Paasilinna, elle est presque un personnage en soi : les forêts particulièrement. La neige aussi est importante ainsi que les saisons. 

Son autre thème de prédilection est le voyage, l'errance , la route et les rencontres humaines.
Attrapez ce Lièvre ! et vous allez rire de ses aventures. Si vous préférez les ours, alors lisez Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen : c'est un ours polaire apprivoisé et voyageur.

Pour changer de thème et aborder un sujet social : Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison : un projet social et loufoque.

Un roman noir ? La douce empoisonneuse, où comment régler un problème de famille.

Vous avez un large choix : 35 romans, presque tous traduits en Français ! Tous pleins d'énergie, de joie de vivre et d'humour.

 

Lire la suite

Delphine de Vigan, la réalité sensible

27 Avril 2018 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman, #Auteur

   Delphine de Vigan est une romancière et réalisatrice française née en 1966. Elle est l'auteur de 9 romans, dont le dernier Les loyautés vient de paraître. Elle dit vouloir écrire des livres qu'on ne lâche pas et c'est pari tenu! Son écriture est d'une très grande fluidité, on est immédiatement happé par l'histoire même si ses univers sont souvent rudes et très réalistes.

   Je l'ai découverte avec No et Moi, où une adolescente croise la route d'une SDF qu'elle recueille comme sa soeur, puis j'ai enchaîné avec D'après une histoire vraie, Prix Renaudot et prix Goncourt des Lycéens 2015, histoire autobiographique (?) d'une écrivain sous l'emprise d'une de ses lectrices, hommage à Stephen King, Misery.

   Je viens de terminer la lecture des Heures souterraines. Mathilde, excellente professionnelle, bras droit de Jacques, directeur marketing, s'oppose à lui lors d'une réunion avec un fournisseur. Ce n'est rien, et pourtant c'est le début de la descente infernale, du harcèlement. Thilbault, médecin, de son côté, vient de rompre avec Lila. Tous deux sont épuisés, essaient de tenir coûte que coûte, confrontés chaque jour à la trop crue réalité de la vie parisienne. Voici un extrait pour le plaisir "Lila parlait dans le noir, une fois la nuit tombée, ou dans le frottement que lui offrait l'alcool, après quelques verres. Lila parlait comme elle aurait chanté une chanson écrite par d'autres, pour le plaisir de l'allitération ou de la rime, étrangère au sens. Des mots sans conséquences, volatils."  

 

Lire la suite
1 2 3 > >>