Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Premier sang, Amélie Nothomb

20 Février 2022 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman

    Amélie Nothomb nous raconte l'enfance, l'adolescence et le vie de jeune adulte de son père, Pierre Nothomb, diplomate belge décédé en mars 2020. Elle décrit les vacances chez Pierre Nothomb - le baron - , arrière grand-père d'Amélie - au château de Pont d'Oye, des vacances insolites au cœur d'une tribu d'enfants pauvres livrés à eux-mêmes. Elle relate aussi la prise d'otages qu'a vécue son père, consul au Congo-Kinshasa en 1964, et dans laquelle il a joué le rôle d'interlocuteur

   Un bel hommage à son père. Un livre bien écrit.

   "A la microscopique gare de Hablay-la-Neuve nous attendait une charrette tirée par deux chevaux, conduite par l'homme à tout faire des Nothomb qui s'appelait Ursmar. J'exultai de parcourir en cet équipage les six kilomètres qui nous séparaient de Pont d'Oye. Bon-Papa affichait désormais un air terrible. Au loin, je vis une tour jaillir de la forêt. Le Pont d'Oye m'étonna plus qu'il me déçut. Vu d'ici, il paraissait encaissé ; à mesure que l'on s'en approchait, on le découvrait érigé sur un promontoire. Le moins qu'on puisse dire est qu'il ne ressemblait pas à un château-fort : on aurait pu créer pour lui l'appellation de château faible. Cette élégante bâtisse du dix-septième siècle avait connu des jours meilleurs. Sa beauté, qui consistait surtout dans son emplacement, adossé à la haute forêt et surplombant le lac, sentait le délabrement. Ce qui le sauvait était sa couleur, un lavis de coq-de-roche qui, à la lumière du soleil, se déclinait en nuances d'ocre rose et de pêche de vigne."

   "L'été 1964, l'ambassadeur de Belgique me nomma consul à Stanleyville. Laissant ma famille dans la capitale, j'y atterris pour prendre mon poste. Le pays était alors en proie à des querelles intestines explosives et une rébellion qui se voulait marxiste couvait dans tout le pays depuis l'indépendance. Le 6 août, commença ce qui devait être la plus grande prise d'otages du vingtième siècle. Les rebelles s'emparèrent de la ville et les mille cinq cents Blancs qui y habitaient devinrent otages. Les nouveaux maîtres de Stanleyville avertirent les autorités de la capitale que, s'ils n'acceptaient pas leurs conditions, les otages seraient exécutés."

Lire la suite

Vita Brevis, Jostein Gaarder

14 Février 2022 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman

   L'auteur acquiert la lettre réponse de Floria AEmilia aux "Confessions" de Aurèle Augustin - ou Saint Augustin - et la traduit pour nous. On se prend au jeu et on croit à la découverte d'un Codex Floriae remis ensuite au Vatican.

   La lecture de la première partie de ce roman est agréable. Le texte  tourne ensuite à un discours à charge, sans réponse - et pour cause - de "l'accusé".

   Il s'agit d'une lettre écrite par une femme amoureuse, abandonnée et blessée, qui ne pardonne pas à Saint Augustin de lui préférer la chasteté et l’évêché d'Hippone.

    Une réflexion néanmoins intéressante sur le célibat des prêtres et la vision que peut avoir Dieu sur l'amour. 

   "Des années se sont écoulées et l'époque où nous vivions enlacés est bien loin ... Aussi ai-je conscience d'écrire tout autant à l'Eglise chrétienne qu'à toi seul, puisque tu es aujourd'hui un homme de grande influence."

   "A moins que ce ne soit notre profonde amitié dont tu aies le plus honte ! De nombreux hommes osent moins entretenir un lien d'amitié avec une femme qu'une relation sensuelle et charnelle. C'est malheureusement d'autant plus fréquent que ces hommes ont reçu une formation philosophique ; la faute en revient, je pense, à l'enseignement des manichéens et des platoniciens."

   "Permets-moi de te rappeler quelques vers de Horace : "Vis comme si chaque jour devait être le dernier.""

   "Les oiseaux pour moi se sont tus. Les fleurs ont à jamais perdu leurs belles couleurs. Plus personne ne s'est penché sur moi pour respirer ma chevelure. Plus personne n'a posé les mains sur mon corps."

Lire la suite

Lettre ouverte aux animaux (et à ceux qui les aiment), Frédéric Lenoir

4 Février 2022 , Rédigé par Estelle Publié dans #Essais

   Respecter la vie animale, protéger nos animaux de compagnie mais aussi ceux de nos fermes des mauvais traitements et de la cupidité des hommes.

   Frédéric Lenoir propose ici différentes solutions pragmatiques et incite chacun d'entre nous à être vigilant sur sa consommation de produits d'origine animale sans tomber dans l’extrémisme. Un propos mesuré, des éléments de réflexion sur l'impact environnemental mais aussi sur l'intelligence des différentes espèces. Un plaidoyer réaliste et vrai car accepter la violence animale et encore plus la commettre est un pas vers la violence vers ses semblables. Intéressant et édifiant.

   "La thèse, répandue depuis des millénaires, de l'infériorité de l'animal par rapport à l'être humain est née des discours religieux qui, pour des raisons théologiques, entendaient tracer une infranchissable différence entre vous et nous. Puis l'idéologie scientiste moderne a pris le relais afin de pouvoir vous utiliser comme matériau de laboratoire. Vint enfin l'idéologie consumériste contemporaine, qui poursuivit dans la voie du différentialisme afin de promouvoir la consommation massive de chair animale. Bref, en vous réduisant, en vous dénigrant, puis en vous chosifiant, nous nous sommes octroyés en bonne conscience le droit de vous exploiter et de vous tuer."

  "Au XIXè siècle, en Angleterre tout d'abord (dès 1824), puis bientôt dans le reste de l'Europe, naissent et se développent ainsi des sociétés de protection des animaux. Un arsenal législatif est instauré afin de condamner les actes de cruauté commis envers les bêtes. En France, la Société protectrice des animaux est créée en 1845, et la loi Grammont, qui vise à protéger les animaux des mauvais traitements infligés par les humains, est votée en 1850."

  "Au-delà des nécessaires comportements individuels vertueux qui peuvent faire avancer de manière décisive la cause des animaux, il est des domaines où le législateur devrait agir. Les quatre points les plus urgents me semblent être l'autorisation de l'abattage à la ferme et l'interdiction d'égorger un animal sans étourdissement préalable ; la possibilité pour un animal d'être défendu par un avocat et de le retirer à son maître s'il est victime de mauvais traitements (et pas seulement une amende) ; l'interdiction de la mise à mort des animaux à des fins de distraction ; enfin l'interdiction des expérimentations sur les animaux lorsqu'il existe des alternatives à l'utilisation d'animaux cobayes. J'ai peu évoqué ce dernier point. Chaque année, environ 50 millions d'animaux - plus de 2 millions en France - sont sacrifiés à des fins d'expérimentation en laboratoire." 

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2017/10/du-bonheur-un-voyage-philosophique-frederic-lenoir.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2017/10/l-ame-du-monde-frederic-lenoir.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/06/socrate-jesus-bouddha-trois-maitres-de-vie-frederic-lenoir.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/03/dieu-petites-et-grandes-questions-pour-athees-et-croyants-frederic-lenoir-entretiens-avec-marie-drucker.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2021/09/la-puissance-de-la-joie-frederic-lenoir.html

Lire la suite