Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La dernière escale du Tramp Steamer, Alvaro Mutis

30 Novembre 2019 , Rédigé par Cécile Publié dans #Roman

    C'est un vieux cargo rouillé, décrit avec amour et passion par son capitaine, à travers la voix de Mutis, marin infatigable qui a navigué partout. Très probablement une histoire tirée de son expérience personnelle, de ses rencontres dans toutes les langues du monde.

   C'est une histoire de vagabondage d'un cargo en fin de vie, qui navigue de port en port en transportant des marchandises. Le narrateur le voit partout, d'abord en Europe du Nord , puis des mois plus tard, dans les Caraïbes. Toujours par hasard, mais un tel hasard répété devient une histoire personnelle, quelque chose comme le destin.

   Il y est très sensible et il aime ce vieux rafiot. Un jour pendant un voyage, il rencontre son capitaine et celui-ci va lui raconter son histoire, évidemment très liée au bateau. C'est une belle histoire d'amour itinérant avec la jeune propriétaire du navire.

   Ces confidences entre hommes de la mer, qui se comprennent d'instinct, se font la nuit pendant la remontée d'un fleuve d'Amazonie. Il fait si chaud qu'ils restent le soir au frais, sur le toit du bateau à regarder l'eau alentour.

    Laissez vous emporter par ces marins grands bourlingueurs, et partez avec ce roman, il va vous faire voir du pays, rêver et philosopher sur la vie si éphémère. 

Lisez aussi l'article de Cécile sur Mutis

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/11/mutis-un-baroudeur-de-premiere.html

Lire la suite

A l'ombre des tilleuls où fleurissent les violettes, Sarah Castillo Palayer

25 Novembre 2019 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman

   MAGNIFIQUE ! De la première à la dernière page !

   Je viens tout juste de terminer la lecture de A l'ombre des tilleuls où fleurissent les violettes et je suis tellement enthousiaste que j'ai hâte de partager avec vous. 

   C'est un ouvrage captivant, rebondissant, subtil et tendre à la fois. Le style en est équilibré : les descriptions précises, qui nous transportent du Montmartre contemporain à celui des années 1890 en allers-retours, alternent avec les dialogues enjoués et pleins d'humour.  

   Paru en avril 2019, cinquième roman de Sarah Castillo Palayer, une jeune auteure d'origine bretonne - je vous assure néanmoins que cette chronique est impartiale -  https://www.sarahcastillopalayer.fr/  - A l'ombre des tilleuls où fleurissent les violettes a tout ce qu'on peut attendre d'un bon, d'un très bon livre, que l'on ouvre pour se détendre, se cultiver et s'évader. 

   Une jeune élève de l'Ecole de Louvre est accueillie dans le XVIIIe arrondissement, pour sa première année d'études, par un ancien galeriste, sa douce épouse et son fils. Emma est irrémédiablement attirée par les toiles de Joseph Rossal un peintre oublié ami de Toulouse-Lautrec.

   Impossible de se détacher de cette histoire passionnante avant d"en avoir lu les derniers mots. Je savoure d'avance ma prochaine lecture de Sarah Castillo Palayer : 1476.  

   "Emma leva les yeux et ne fut guère surprise de constater que celle-ci avait conservé le charme des échoppes d'antan : une porte en verre sur laquelle étaient notés les horaires d'ouverture , à sa droite, une vitrine aux belles proportions, et tout autour, un habillage bois de couleur vermillon. Dans la vitrine, deux tableaux étaient exposés : l'un représentait une nature morte, l'autre la silhouette d'une jeune femme brune, accoudée à une fenêtre."

   "Elle n'entendit pas immédiatement la réponse de Jonathan, tant elle fut absorbée dans sa contemplation du portrait. Cette femme semblait visiblement jeune, elle devait avoir moins de vingt ans. Des cheveux souples d'un brun sombre flottaient librement sur ses épaules, encadrant un visage opalin où ressortaient de grands yeux marron, légèrement voilés d'une ombre de tristesse. Une bouche ourlée, teintée de rose, à peine entrouverte, laissait apparaître une dentition parfaite. Enfin, un voile blanc translucide couvrait une partie de ses épaules. La tenue, le regard et la toile en elle-même laissaient entendre que le peintre et le modèle étaient intimement liés."

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2020/02/l-imprudence-du-chat-sarah-castillo-palayer.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2020/01/1476-sarah-castillo-palayer.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2020/11/des-oies-presque-blanches-sarah-castillo-palayer.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2020/03/le-salon-des-regrets-sarah-castillo-palayer.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2020/11/joe-roberts-6th-airborne-sarah-castillo-palayer.html

 

Lire la suite

Le bug humain, Sébastien Bohler

21 Novembre 2019 , Rédigé par Estelle Publié dans #Essais

   Le plus bel outil de l'Homme c'est son cerveau, sa plus grande arme aussi, ou plutôt le plus grand danger auquel il est confronté.

   Sébastien Bohler nous explique comment fonctionne notre cerveau depuis les origines avec le striatum qui nous envoie des décharges de dopamine lorsque nous répondons à ses sollicitations et même avant d'avoir agi rien qu'à la pensée de la satisfaction du résultat à venir. Le problème : ses demandes sont liées à des besoins ancestraux nécessaires à notre espèce - la nourriture, le sexe et la procréation, le pouvoir qui donne accès aux deux précédents, le moindre effort pour l'économie de notre énergie et donc être frais et dispo pour la recherche de nourriture et de partenaires - besoins nécessaires mais pour la plupart des êtres humains plus que largement satisfaits aujourd'hui. Le striatum nous pousse donc à une course effrénée du toujours plus, plus vite, plus facilement. Et à cause de lui nous épuisons les ressources limitées de notre planète. 

   Alors la solution : le cortex bien sûr, autre partie de notre cerveau, le cortex notre allié. Mais il va être plus que difficile de se restreindre face aux sollicitations constantes de la publicité, des nouvelles technologies, de l'évolution de la science. Certains philosophes s'y sont essayés sans succès, nombre de religions aussi.

   Alors ? Sébastien Bohler propose quelques pistes :

1- éduquer nos enfants à apprécier le mieux vivre avec moins et le partage dès leur plus jeune âge

2- méditer, seule activité qui permet de différer la satisfaction immédiate de nos besoins et même de les oublier

3- développer notre goût inné pour la connaissance, la créativité, la curiosité en choisissant des actions nouvelles pour protéger nos ressources et l'environnement : le striatum aime aussi ces domaines et donc ainsi nous pouvons jouer avec lui.

   Un ouvrage à découvrir absolument !    

Lire la suite

Au petit bonheur la chance, Aurélie Valognes

15 Novembre 2019 , Rédigé par Erik Publié dans #Roman

    Jean, six ans, est confié par sa mère à sa grand-mère… pour l’été croit-il. Jean adore sa mère et il n’attend qu’une chose c’est qu’elle revienne pour le récupérer. Colette, sa grand-mère, vit en province dans un appartement sans eau, elle vit au 6è étage dans un immeuble sans ascenseur. Mémé Colette est stricte, vit de pas grand-chose, n’a pas la télé. Bref elle n’a rien pour plaire à ce petit garçon. Ce que Jean ne sait pas c’est que sa mère n’a pas prévu de le reprendre à la fin de l’été. Le temps passe, Jean et Colette sont bien obligés de vivre ensemble, d’apprendre à se connaître et finalement cette vie-là n’est pas si mal. Mais un imprévu va transformer cette nouvelle vie.

   Aurélie Valognes une fois de plus joue sur les relations pas forcément voulues, choisies, entre 2 générations. Ce qui ne semble pas être la normalité finalement finit par le devenir et une grande tendresse en jaillit.

   Autres lectures sur le blog pour connaître et apprécier Aurélie Valognes

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2018/02/meme-dans-les-orties-aurelie-valognes.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/09/minute-papillon-aurelie-valognes.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2017/09/aurelie-valognes-jeune-auteure-sympathique.html

Lire la suite

Mutis, un baroudeur de première

9 Novembre 2019 , Rédigé par Cécile Publié dans #Auteur

   Dans la catégorie des écrivains voyageurs contemporains, il en est un que je voudrais vous présenter car c'est un baroudeur de première. Il a voyagé dans le monde entier, et particulièrement sur l'eau. Dans ses romans, on passe de l'Europe au Moyen-Orient et plus souvent encore, à l'Amérique Latine, qu'il connaît comme sa poche.

Alvaro Mutis est Colombien, né à Bogota en 1923, il a travaillé toute sa vie pour le compte d'entreprises internationales, les représentant ici ou là. Toute sa vie il a aimé rédiger des poèmes, et dans les années 1980, il a écrit une série de romans d'aventures dont le héros est un marin, Maqroll le Gabier. On embarque avec lui sur des fleuves d'Amazonie, ou bien pour faire du cabotage sur les côtes africaines ou nordiques. C'est passionnant, facile à lire et à suivre sur une carte du monde. On trouve toujours une belle femme, une femme de caractère, une héroïne admirable et généreuse. Elle s'appelle Warda, ou Illona ou Maria selon le roman, et je vais vous les présenter prochainement.

   Alvaro Mutis a été décoré par le prix Cervantes en 2001, c'est le plus grand prix littéraire pour la langue espagnole. Il a choisi de vivre dans la ville de Mexico dans les années 1950, et c'est là qu'il est mort en 2013. C'était un vieil ami de Gabriel Garcia Marquez, un compatriote.

Lire la suite

Ces gens qui veulent plaire à tout prix, Hariett B. Braiker

6 Novembre 2019 , Rédigé par Christine Publié dans #Développement personnel

   Vous voulez savoir ce qu'est la compulsion à plaire, et si vous ou l'une de vos connaissances en souffre ? Alors ce recueil est fait pour vous. 

   Construit sous la forme de QCM, il permet tout d'abord de savoir si vous êtes atteint de la compulsion à plaire, puis d'évaluer votre quotient de bonté, de déterminer si les besoins d'autrui ont préséance sur les vôtres et si vous savez dire non. 

   Intéressant, car il permet de comprendre les limites et les risques de la bonté pour soi-même mais aussi pour son entourage, et propose des solutions pratiques à mettre en place, puis de suivre leur impact en reprenant les questionnaires quelques mois plus tard. Et ça marche !!!

   La solution ? L'intérêt personnel éclairé. "Cela signifie prendre bien soin de vous-même, en allant jusqu'à donner préséance à vos besoins en cas de nécessité, tout en tenant compte du bien-être d'autrui."

   Et n'oubliez pas ce que disait Eleanor Roosevelt : "Personne ne peut vous donner un sentiment d'infériorité sans votre permission."  Harriet B. Braiker est convaincue que la personne  bonne compulsive est non la victime mais bien la complice - contre son gré - de son partenaire hostile, parfois violent. En regardant les autres avec leur filtre positif, elles ne font pas la part des choses, et ne regardant pas la réalité en face leur prêtent des intentions souvent plus belles qu'elles ne le sont.  

   "La bonté n'est pas une réaction appropriée face à la violence psychologique. Au contraire, en manifestant de la bonté envers une personne qui vous attaque verbalement, vous récompensez un comportement de violence. En étant bonne, vous permettez - vous encouragez même - les mauvais traitements.

   La gentillesse, la fuite à tout prix des conflits et des confrontations, la soumission à la volonté de conjoints ou d'employeurs critiques et contrôlants sont des attitudes qui vous rendent extrêmement vulnérable aux relations de violence. 

   Dans un conflit - même lorsqu'une personne attaque -, la compulsion à plaire équivaut à un désarmement  psychologique unilatéral. Faire preuve de bonté alors qu'on vous attaque fait de vous une femme sans défense et exagérément vulnérable. "

   "Lorsque l'hostilité et l'affection fusionne dans un mariage douteux, leur message contradictoire est que l'amour est douloureux; ou que si nous souffrons c'est qu'on nous aime vraiment."

Lire la suite

Reflets dans un oeil d'or, Carson McCullers

3 Novembre 2019 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman, #Auteur

   Merci à Catherine, rencontrée au pique-nique Babelio, de m'avoir offert ce livre. Lors de cette rencontre je me disais justement que je souhaitais mieux connaître la littérature américaine dont Carson McCullers est l'une des illustres représentantes. Catherine décrit Carson McCullers - 1917-1967 - comme un "écrivain luciole, précoce, torturée par ce corps malade, comme Proust écrivant sans relâche, libre comme le fut Frida Khalo".

   Reflets dans un oeil d'or raconte la vie dans une caserne du sud des Etats-Unis, les hommes, les gradés, leurs femmes. L'histoire de deux couples, de leurs amours affichées ou contrariées.  L'histoire d'un simple soldat qui les regarde évoluer dans une autre société.

   Avec un suspens conservé jusqu'au bout, ce thriller est d'une lecture facile et agréable pour un moment de détente.

   "Un paon d'un air sinistre, avec un immense oeil d'or. Et dans cet oeil les reflets d'une chose minuscule...".

 

Lire la suite