Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Soif, Amélie Nothomb

10 Février 2021 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman

   Etre ou ne pas être ? Pour Amélie Nothomb la question est plutôt : avoir ou ne plus avoir soif ?

   Dans ce roman sorti en 2019, Amélie Nothomb relate le procès, la crucifixion, la mort et la résurrection de Jésus narrateur de sa propre histoire. Il y médite sur ses doutes, ses qualités, ses défauts, son rapport à sa mère, à son corps, à Dieu, à sa compagne Madeleine. Jésus, humain, trop humain ? Une perspective intéressante. Chacun pourra imaginer la sienne. 

   Un livre facile à lire et bien écrit qui me donne envie de redécouvrir Amélie Nothomb que j'avais abandonnée depuis quelques années.

   Quelques extraits 

 "Avant l'incarnation, j'ai peu de souvenirs. Les choses m’échappaient littéralement : que retenir de ce que l'on n'a pas senti ? Il n'y a pas d'art plus grand que celui de vivre. Les meilleurs artistes sont ceux dont les sens détiennent le plus de finesse. "   

   "Dans un avenir que je ne situe pas, on mesurera le quotient intellectuel des individus. Cela ne servira guère. Par bonheur, on ne pourra jamais évaluer autrement que par l'intuition le degré d'incarnation d'un être : sa plus haute valeur."

   "Un poète dont je ne connais pas le nom dira dans l'avenir : "Tout le plaisir des jours est en leurs matinées." C'est aussi mon avis. J'aime le matin. Il y a une force inexorable en cette heure  du jour. Même si le pire a eu lieu la veille, il y a une pureté matinale." La citation est de François de Malherbe 1555-1628 poète officiel de Henri IV à partir de cinquante ans, puis de Louis XIII sous la régence de Marie de Médicis. 

   "J'ai toujours aimé être à l'abri tandis que la pluie redouble. C'est une sensation merveilleuse. On l'associe un peu sottement à la sérénité. En vérité, c'est une sensation de plaisir. Le bruit de la pluie exige un toit comme caisse de résonnance, c'est la meilleure place pour apprécier le concert. Partition délicieuse, subtilement changeante, rhapsodique sans esbroufe, toute pluie tient de la bénédiction."

   "Un jour, on prétendra que personne n'est irremplaçable. C'est le contraire de ma parole. L'amour qui me consume affirme que chacun est irremplaçable. Il est terrible de savoir par avance que mon supplice ne sert à rien."

   "J'ai la foi. Cette foi n'a pas d'objet. Cela ne signifie pas que je ne crois en rien. Croire n'est beau qu'au sens absolu du verbe. La foi est une attitude et non un contrat. Il n'y a pas de cases à cocher. Si l'on savait la nature du risque en quoi la foi consiste, cet élan ne dépasserait pas le calcul de probabilités. Comment sait-on qu'on a la foi ? C'est comme l'amour, on le sait. On n'a besoin d'aucune réflexion pour le déterminer. Dans le gospel il y a : "And then I saw her face, yes I'm a believer." C'est exactement cela qui montre combien la foi et l'état amoureux se ressemblent : on voit un visage et aussitôt tout change. On n'a même pas contemplé ce visage. On l'a entrevu. Cette épiphanie suffit. Je sais que pour beaucoup de gens, ce visage sera le mien. Je me persuade que cela n'aura aucun espèce d'importance. Et pourtant, si je veux être honnête, cela me sidère. Il faut accepter ce mystère : vous ne pouvez pas concevoir ce que les autres voient dans votre visage. Il y a une contrepartie au moins aussi mystérieuse : je me regarde dans le miroir. Ce que je vois dans mon visage, personne ne peut le savoir. Cela s'appelle la solitude."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Philippe D 17/02/2021 21:13

J'ai lu pas mal d'avis positifs sur ce livre, mais je ne suis pas Amélie... Un jour, peut-être que je lirai celui-ci...
Bonne soirée.