Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans l'or du temps, Claudie Gallay

10 Octobre 2020 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman

    C'est toujours un plaisir de retrouver Claudie Gallay. J'aime cette auteur, avec laquelle on voyage dans l'espace et dans le temps, ici Dans l'or du temps

   Un été, la Normandie. Un homme et une femme se rencontrent. Une femme se raconte, un homme se tait.  Il passe de plus en plus de temps avec elle, délaisse sa propre femme et ses filles pour elle, Alice, une vieille dame. Alice n'a encore jamais partagé ses secrets comme elle s'apprête à le faire avec cet inconnu qui pourrait être son fils. Un développement qui se tend vers une fin dramatique imprévisible pour l'homme venu découvrir les coutumes des indiens Hopi sur les traces d'André Breton.

"-Là-bas, à droite de l'autel, il y a un vitrail de Braque, L'Arbre de Jessé. Allez le voir. - Jessé ? - Le père de David. Le premier de la grande lignée des rois ... Jésus de Nazareth, vous en avez entendu parler quand même ? Eh bien, c'est son arbre généalogique... Vous avez de la chance, la lumière est belle.

J'ai remonté la nef. Dans cette église (Saint-Valéry à Varengeville-sur-Mer 76) qui ressemblait à un bateau. L'Arbre de Jessé. Les tons bleus. Et entre ces différents bleus, le noir du plomb. La lumière traversait le verre. Les couleurs vibrantes, comme vivantes. Je suis resté un long moment à le regarder. Le suis revenu en longeant les traverses. Le chemin de croix contre le mur. "

   "Elle a pointé du doigt une tombe parmi les autres. - La tombe de Braque. Une large stèle recouverte d'une mosaïque bleue, un oiseau magnifique aux ailes grandes ouvertes.  - "Ce qui est entre la pomme et l'assiette se peint aussi. Et ma foi, il me paraît aussi difficile de peindre l'entre-deux que la chose." Alice à souri. - C'est de lui, et tellement juste n'est-ce pas? Braque est mort la même année qu'André Breton ... Non, Breton n'est pas mort en 63, il est mort plus tard, en 66. Je me souviens, Giacometti est mort aussi cette année-là. Je me suis toujours promis d'aller voir le cimetière des Batignolles. Il faudrait que j'y songe. Il a fait graver une épitaphe sur sa tombe : Je cherche l'or du temps. "

   "Près de nous, les kachinas. leur présence silencieuse. Monde insondable. Ces statues, comme des gardiens. Mais qu'avaient-ils à protéger ? Cette maison ? Ou alors cette chose qu'ils devaient garder était contenue en eux, masse de secrets obscurs, des croyances vives dans le coeur de quelques hommes. J'ai dit cela, on dirait qu'ils gardent. Elle a dit, C'est dans la maison de Talayesva que nous avons rencontré le jeune Indien qui nous a vendu ces trois kachinas."

   "Après, on est retournés sur la plage et on a attendu que le soleil se couche. On voulait voir le rayon vert. Il y avait de la brume. J'ai dit, On ne le verra pas, mais on a attendu quand même. le rayon ne s'est pas fait mais les filles ont dit qu'elles l'avaient vu, Juré craché ! C'était seulement le soleil qui se couchait. A la place, on a regardé les étoiles, la lune et les reflets de la lune sur l'eau. C'était beau. Il faisait doux.J'ai pris la main d'Anna. Les filles ont voulu rapporter des cailloux et on est retourné sur la plage pour choisir les plus beaux."

   "Sans doute le bonheur était encore possible. Anna s'est retournée.  Elle a dit, C'est quand même bien l'été, c'est un peu comme à Saint-Malo dans les films de Rohmer. - C'est à Dinard, Rohmer, j'ai répondu."

   "Elle s'est tue comme si elle réfléchissait, si elle doutait encore du bien-fondé de cette chose qu'elle s'apprêtait à me dire. - Breton était fasciné par l'enfance. C'est peut-être l'enfance qui approche le plus de la vraie vie."

   "Une femme que Breton voit pour la première fois. Qui a eu l'idée de les mettre en présence l'un de l'autre ? Breton est subjugué par ce visage secret. Souffrant. Elisa vient de perdre un enfant. Sa fille. Elle a failli mourir de cette perte-là. Alors cette rencontre. Breton la regarde. Et elle, comment le regarde-t-elle la première fois ? Il sait tout de suite. Sans doute le sait-elle aussi. Un amour en apaisera un autre. Et déjà dans la tête du poète les mots prennent forme. Un amour fou ne se remplace pas, Ne s'efface pas, Ne s'oublie pas. Un amour fou ne meurt jamais, Un autre amour fou lui succède, C'est tout. Et nous sommes faits de tous ces amours fous, De leur coexistence, de leurs strates, On aura beau creuser en nous, on ne trouvera jamais que de l'amour fou."

   "Et comment lui, son père, avait-il pu ne rien comprendre ? Elle avait dix-sept ans. J'ai pensé aux filles. Au silence qui musèle les femmes."

   "Les chefs spirituels des Hopi ont un savoir que nous n'avons pas. Ils ont reconnu dans les bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki la réalisation de leurs prophéties antiques. Le premier monde a été détruit par le feu dévastateur qui vient du ciel et de la terre. Deuxième prophétie : le deuxième monde a pris fin quand le globe terrestre a dévié de son axe et que tout fut recouvert de glace. Troisième prophétie : Le troisième monde a été anéanti par un déluge universel. Pour eux, le monde actuel est le quatrième monde." 

   "J'ai senti un papier sous mes doigts. J'ai pensé que c'était le poème de Simon J. Ortiz. Je l'ai sorti. C'était une feuille de cahier, pliée en quatre. À l'intérieur, une écriture large, appuyée au feutre. L'écriture d'Alice : J'espère que vous vous rapprocherez de temps en temps de la lumière ténue des lucioles."  

Autres livres de l'auteur

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2018/01/les-deferlantes-claudie-gallay.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/04/l-amour-est-une-ile-claudie-gallay.html

http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2017/02/seule-venise-claudie-gallay.html

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article