Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La fête de l'insignifiance, Milan Kundera

2 Novembre 2020 , Rédigé par Estelle Publié dans #Roman

   Il vaut mieux rire que pleurer. C'est le parti pris de Milan Kundera face aux régimes totalitaires, face aux difficultés de la vie, au chomâge, aux petits boulots nécessaires à des artistes qui préfèreraient être sur les planches. 

   Milan Kundera mêle tranches de vie d'une bande d'amis et conversation imaginaire de Staline avec son Politburo. 

   Un court roman qui fait réfléchir sur le ton de l'humour noir.

   "Le plaisir de la mystification devait nous protéger. Cela a d'ailleurs été notre stratégie à tous. Nous avons compris depuis longtemps qu'il n'était plus possible de renverser ce monde, ni de le remodeler, ni d'arrêter sa malheureuse course en avant. Il n'y avait qu'une résistance possible : ne pas le prendre au sérieux. Mais je constate que nos blagues on perdu leur pouvoir. Tu te forces à parler pakistanais pour t'égayer. En vain."

   "Puis, en baissant la voix, il ajouta : "Pourtant, je te comprends. Les plaisanteries sont devenues dangereuses. Mon Dieu, tu dois bien le savoir ! Souviens-toi de l'histoire des perdrix que Staline racontait à ses copains. Et souviens-toi de Khrouchtchev, qui hurlait dans les toilettes ! Lui, le grand héros de la vérité, qui crachait de mépris ! Cette scène était prophétique ! Elle ouvrait vraiment un temps nouveau. Le crépuscule des plaisanteries ! L'époque de l'après-blagues ! ""

   "Et Roman continua : "Ah la bonne-humeur ! Tu n'as jamais lu Hegel ? Bien sûr que non. Tu ne sais même pas qui c'est. Mais notre maître qui nous a inventés m'a forcé jadis à l'étudier. Dans sa réflexion sur le comique, Hegel dit que le vrai humour est impensable sans l'infinie bonne humeur, écoute bien, c'est ce qu'il dit en toutes lettres : "infinie bonne humeur"; "unendliche Wohlgemutheit". Pas la raillerie, pas la satire, pas le sarcasme. C'est seulement depuis les hauteurs de l'infinie bonne humeur que tu peux observer au-dessous de toi l'éternelle bêtise des hommes et en rire."

   "L'insignifiance, mon ami, c'est l'essence de l'existence. Elle est avec nous partout et toujours. Elle est présente même là où personne ne veut la voir : dans les horreurs, dans les luttes sanglantes, dans les pires malheurs. Cela exige souvent du courage pour la reconnaître dans des conditions aussi dramatiques et pour l'appeler par son nom. Mais il ne s'agit pas seulement de la reconnaître, il faut l'aimer, l'insignifiance, il faut apprendre à l'aimer. [...] Respirez, D'Ardelo, mon ami, respirez cette insignifiance que nous entoure, elle est la clé de la sagesse, elle est la clé de la bonne humeur ...""

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article