Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fictions, Jorge Luis Borges

10 Décembre 2017 , Rédigé par Estelle Publié dans #Auteur, #Roman

   Jorge Luis Borges (1899-1986), poète et écrivain argentin dont les nouvelles et contes sont empreintes de fantastique, est l'une des principales figures du réalisme magique latino-américain.

   Inscrit au programme de littérature en 1987, j'ai découvert Borges avec Fictions, puis dévoré L'Aleph, Le rapport de Brodie, Le livre de sable, L'auteur et autres textes, conservés dans ma bibliothèque depuis. Seul Fictions avait mystérieusement disparu. Or c'était le recueil dont je gardais le plus vif souvenir et notamment de la nouvelle Funes ou la mémoire, drôle de coincidence! 

   J'ai relu dernièrement Fictions avec un vif intérêt. Surprise tout d'abord par le style parfois ardu, aux multiples références évoquant des univers aussi différents que l'histoire, la religion, les sectes, la littérature, la philosophie, les mathématiques, la géométrie... J'ai été peu à peu reconquise par les textes distrayants, dépaysants et documentés. 

   Il faut déguster Borges doucement, tranquillement, sans précipitation, le laisser et y revenir, peut-être même faire quelques recherches si le cœur vous en dit, car, comme un autre lecteur me l'a confirmé, Borges peut parfois sembler inaccessible, nous faire nous sentir comme un Béotien dans la Grèce antique. 

Je vous propose deux citations de Fictions pour le plaisir et vous laisse avec Borges.

"Dans Tlön les choses se dédoublent ; elles ont aussi une propension à s'effacer et à perdre leurs détails quand les gens les oublient", extrait de Tlön Uqbar Orbis Tertius.

"Il existe une heure de la soirée où la prairie va dire quelque chose. Elle ne le dit jamais. Peut-être le dit-elle infiniment et nous le l'entendons pas, ou nous l'entendons, mais ce quelque chose est intraduisible comme une musique...", extrait de La fin.

 

    

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article